Quels sont les principes d’une bonne prévention du cancer ? le code européen contre le cancer

Quels sont les principes d’une bonne prévention du cancer ? le code européen contre le cancer

Selon les données mises à jour jusqu’en 2020 présentées par l’American Cancer Society (ACS) et le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) , une personne sur cinq sera – malheureusement – atteinte d’un cancer au cours de sa vie. En 2020, il y a eu environ 19,3 millions de nouveaux cas de cancer dans le monde et environ 10 millions de décès dus à la maladie. Rien que dans notre pays, selon les estimations de l’ Association Française d’oncologie médicale, environ 1 000 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque jour .

Ces chiffres nous font comprendre combien il est essentiel de mettre en œuvre une bonne prévention du cancer qui, on le sait, passe par diverses actions à mettre en œuvre au quotidien .

C’est précisément pour cette raison que nous approfondissons aujourd’hui le contenu du Code européen contre le cancer , un document important diffusé par le CIRC et l’Organisation mondiale de la santé , qui vise à attirer l’attention sur les bonnes pratiques préventives à garder à l’esprit jour après jour.

Le code européen contre le cancer : 12 bonnes pratiques pour réduire le risque de tomber malade

Comme indiqué sur le site web du projet, « le Code européen contre le cancer concerne les actions que les citoyens individuels peuvent entreprendre pour contribuer à la prévention du cancer qui, pour être efficace, nécessite que ces actions individuelles soient soutenues par les politiques et les interventions de Gouvernements ».

Le Code promeut donc douze bonnes pratiques à observer : voyons-les une à une.

  1. Ne fumez pas et ne consommez aucune forme de tabac

Le tabac est la principale cause de cancer et cause malheureusement plus de 6 millions de décès chaque année. Arrêter de fumer peut être compliqué , mais éliminer le tabagisme de votre vie est une action fondamentale à entreprendre pour activer une bonne prévention.

  1. Faites de votre maison et de votre lieu de travail un environnement sans fumée

En plus de ne pas fumer, il est très important de faire attention à la fumée secondaire , qui peut être très nocive pour les adultes comme pour les enfants, et est associée à des maladies évitables, dont le cancer. Il est en effet primordial de protéger également nos enfants, en faisant d’abord attention à la qualité de l’air qu’ils respirent .

  1. Maintenir un poids adéquat

Le maintien d’un poids santé réduit de 18 % le risque de développer un cancer : la référence est d’avoir un indice de masse corporelle compris entre 18,5 et 24,9 kg/m2.

Les bonnes pratiques à observer pour s’assurer que son poids est correct sont liées au mode de vie et à l’alimentation : suivre une alimentation équilibrée , bouger au moins 30 minutes par jour et éviter les comportements à risque, comme le tabac et l’alcool.

  1. Faites de l’exercice tous les jours

Faire de l’activité physique au quotidien est en effet l’un des points fondamentaux exprimés par le Code européen contre le cancer : que vous souhaitiez pratiquer un sport ou choisir une discipline d’intensité modérée, comme la marche quotidienne , la recommandation est de limiter le temps que vous voulez prendre, il passe assis .

Bouger régulièrement permet en effet à notre organisme de brûler les sucres, d’éviter la prise de poids et de mettre en branle des fonctions hormonales et anti-inflammatoires, autant d’aspects qui contribuent à prévenir l’apparition du cancer .

  1. Suivez une alimentation saine

Suivre un régime alimentaire sain et équilibré, comme nous l’avons dit, est une autre étape essentielle, à la fois pour éviter la prise de poids et pour ne pas soumettre notre corps au stress et à l’inflammation dus à une mauvaise alimentation. En fait, il a été démontré qu’une bonne nutrition peut aider à prévenir l’incidence des tumeurs, à combattre la maladie et à apporter un soulagement pendant le traitement.

Les principales recommandations à retenir sont :

  • consommer des grains entiers, des légumineuses, des fruits et des légumes
  • limitez les aliments riches en calories et les aliments riches en sucre ou en graisses
  • évitez les conserves de viandes , limitez les viandes rouges et les aliments à forte teneur en sel.
  1. Limitez votre consommation d’alcool

Il a été prouvé que la consommation fréquente d’alcool provoque le cancer de la bouche, de l’œsophage, de la gorge (pharynx et larynx), du foie, du gros intestin (colorectal) et du sein , ainsi que d’autres affections. L’indication est donc de limiter au maximum la consommation d’alcool : il serait encore mieux de les éliminer totalement.

  1. Evitez l’exposition excessive au soleil

Les rayons UVA et UVB présents dans le rayonnement solaire peuvent, à long terme, provoquer des cancers de la peau. De manière générale, les conseils à respecter pour ne pas s’exposer à des risques sont de limiter l’exposition au soleil entre 11 et 15 et de faire attention à ne pas se brûler, afin de ne pas soumettre la peau à un stress supplémentaire. De plus, il est également très important de protéger nos enfants en appliquant correctement une crème solaire et en évitant les heures les plus chaudes.

  1. Respecter les règles de santé et de sécurité au travail

Dans certains lieux de travail, il peut y avoir des substances polluantes et toxiques qui peuvent provoquer certaines formes cancérigènes : selon le travail effectué, si vous êtes exposé à des contacts et à des inhalations, il est essentiel d’observer les bonnes règles de sécurité , comme le port de dispositifs de sécurité appropriés. protection.

  1. Ne vous exposez pas à des niveaux élevés de radon

Le radon est un gaz naturel, produit par la désintégration du radium, et présent dans le sol et dans les formations d’origine volcanique. Il peut arriver que ce gaz soit également présent dans l’habitation , principalement dans les pièces en contact direct avec le sol, telles que les tavernes, les caves, les garages, et à proximité des carrières et des thermes. Il convient donc d’ être conscient de la présence potentielle de radon , qui peut être d’un niveau faible ou supérieur, et – si nous le jugeons nécessaire – de demander des contrôles et des actions de remédiation ultérieures.

  1. Meilleures pratiques pour les femmes : allaitement et attention au traitement hormonal substitutif

Il existe également des conseils formulés spécifiquement pour la population féminine . Il a été démontré que l’ allaitement réduit l’apparition du cancer du sein de 4 % tous les 12 mois d’allaitement.

En plus de protéger contre le cancer du sein , l’allaitement est aussi le meilleur aliment pour le nouveau-né, et est donc fortement recommandé, s’il est une pratique possible à la fois pour la mère et pour l’enfant.

De plus, l’ hormonothérapie substitutive , ou les médicaments qui sont pris pour contrer les symptômes de la ménopause , peuvent augmenter le risque de développer certains types de cancer : il est donc recommandé d’éviter de prendre ces médicaments pendant des périodes prolongées.

  1. Participer aux programmes de vaccination des enfants

Parmi les principales infections qui peuvent provoquer l’apparition de tumeurs figurent :

  • le virus du papillome humain (VPH), qui peut causer certaines parties des cancers du col de l’utérus, de l’anus et de la bouche ;
  • le virus de l’hépatite B (VHB) et le virus de l’hépatite C (VHC), qui peuvent causer le cancer du foie;
  • Helicobacter pylori, une bactérie qui peut causer le cancer de l’estomac.

C’est précisément pour cette raison que l’observation des pratiques de vaccination des enfants et des jeunes est une bonne pratique qui peut aider à lutter contre ces maladies.

  1. Participer aux programmes de dépistage du cancer

Certains types de cancers peuvent être découverts avant qu’ils ne provoquent des symptômes , en particulier ceux de l’intestin, du sein et du col de l’utérus. C’est précisément pour cette raison qu’il est très important de participer aux protocoles de dépistage qui s’adressent aussi bien aux hommes qu’aux femmes.

Les trois étapes de la prévention du cancer : primaire, secondaire et tertiaire

Comme nous l’avons vu, le cancer peut être prévenu . En particulier, des mesures préventives peuvent être mises en place non seulement avant l’apparition de la maladie , mais aussi lorsqu’elle est déjà présente , pour ralentir l’évolution et limiter les problèmes associés.

C’est pourquoi on parle de prévention primaire, secondaire et tertiaire, qui sont également décrites avec précision sur le site de l’ AIRC – Fondation pour la Recherche sur le Cancer :

  • La prévention primaire est l’ensemble de toutes les bonnes pratiques répertoriées dans le Code européen contre le cancer qui permettent donc de limiter les comportements néfastes.
  • La prévention secondaire est la détection des lésions précancéreuses ou de la tumeur à un stade très précoce, afin de la traiter efficacement. Cela permet un plus grand nombre de guérisons et une réduction du taux de mortalité.
  • La prévention tertiaire concerne alors le traitement et l’identification rapide des rechutes ou des métastases éventuelles après que la tumeur a été traitée par chirurgie, chimiothérapie ou radiothérapie.

Participer aux programmes de dépistage et effectuer des contrôles périodiques est donc l’un des aspects fondamentaux pour prévenir des problèmes même très graves. Pour garder votre santé surveillée et intervenir rapidement, il peut donc être utile de souscrire à une police de santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.